Enseigner à la génération Z

Je dois avouer que, bien que je râle sur les lacunes de mes étudiants, j’aime énormément enseigner à la génération Z.

C’est fou ce que j’ai l’impression d’être à contre-courant en écrivant cela. Je lis régulièrement des articles qui décrivent la génération Z et donnent des clés pour le management des jeunes professionnels. J’ai aussi l’impression que les enseignant.e.s les vouent aux gémonies.

Si l’on en croit Wikipédia, la génération Z concerne les jeunes nés après 1995. Ils ont connu les téléphones portables et internet toute leur vie, mais aussi le terrorisme et le chômage. Souvent appelés digital natives, ils utilisent massivement les outils numériques, même s’ils ont rarement du recul sur ces outils (on parle alors de digital naives). Ils font peu confiance à l’entreprise et montrent un rapport à l’autorité différent de celui des générations précédentes.

Manque de recul, refus de l’autorité (ne parlons pas du manque de travail, qui est à mon avis un autre problème que j’ai déjà abordé par ailleurs) : la moutarde peut vite monter au nez des enseignant.e.s.  Lire la suite de « Enseigner à la génération Z »

Publicités

Réflexions sur le genre dans une réunion d’université

Il y a quelques jours, j’ai eu l’honneur de représenter mon IUT dans une réunion sur le logiciel de gestion des emplois du temps utilisé dans l’université. Il y avait donc le service informatique, quelques grands pontes de l’université (que je n’ai évidemment pas reconnus, j’ai eu l’air d’une cloche), les gestionnaires de la base de donnée et les référents des différentes composantes de l’université (dont j’étais, donc). J’étais dans mes petits souliers, le syndrome de l’imposteur tournait à plein régime.

Et quand la porte s’est fermée, j’ai eu une petite surprise. Il y avait, dans la salle, une majorité de femmes. A l’aise, sympathiques, souriantes, échangeant des « oh là là quel temps » dans une atmosphère feutrée de salon de thé sous le regard bienveillant des quelques hommes présents.

Comprenez-moi, j’exerce dans un labo de physique et dans un département de maintenance. Les réunions de dames, j’ai pas l’habitude ! Même sans aller jusqu’au cas spécifique des domaines industriels, on sait que dans l’ESR, quand on monte en grade, la proportion de femmes diminue : je m’attendais donc à voir moins de femmes dans une réunion où nous avons une responsabilité, avec un rôle de représentation d’une composante. Lire la suite de « Réflexions sur le genre dans une réunion d’université »

Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer pourquoi …?

Observer un comportement surprenant de la part des étudiants une année, c’est pas grand-chose.
L’observer de nouveau, deux années de suite, c’est étonnant, mais bon.
M’enfin là, ça fait 6 ans d’affilée que je les vois… et ce sont des comportements que je ne m’explique pas DU TOUT.

Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer pourquoi mes étudiants considèrent que le correcteur liquide est une fourniture fondamentale (ils ont des palpitations quand je leur dis qu’ils peuvent très bien rayer proprement leurs erreurs) mais qu’il n’y a qu’un tube de correcteur liquide pour 5 étudiants dans le groupe ? Lire la suite de « Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer pourquoi …? »

Des vacances !

Source giphy.com
Source giphy.com

Enfin, me voilà en vacances ! L’année a été mouvementée, d’une part à cause de l’actualité, d’autre part grâce de nouvelles expériences professionnelles, si enrichissantes, si stressantes. Je suis plutôt fatiguée. Ces dernier jours j’étais en mode zombie.

Mon lecteur s’étonnera peut-être de me voir écrire sur le début de mes vacances fin juillet. Il ne sera pas le premier. Dans « enseignant-chercheur », les gens retiennent plutôt « enseignant » avec son cortège de stéréotypes. Lire la suite de « Des vacances ! »